Nachtschade

Cho­ré­gra­phie : Vera Man­te­ro, Eric De Vol­der, Alain Pla­tel, Wim Van­de­key­bus, Clau­dia Trioz­zi, Cate­ri­na Sagna et Johanne Sau­nier
Inter­pré­ta­tion : Bar­ba­ra Rom, Del­phine Clai­ret, Caro­line Lemaire, Sky Van Der Hoek, Gidi Mees­ters, Ceci­lia Ben­go­lea, Sarah Moon Howe
Inter­pré­ta­tion vidéo : Jean-Benoît Ugeux
Musique : Ad Comi­not­to
Créa­tion : octobre 2006 au Kaai Thea­ter (Bruxelles)
Pro­duc­tion : Vic­to­ria (Gand), Parc de la Vil­lette (Paris), Centre d’Arts Voo­ruit (Gand) et le Fes­ti­val de Flandres (Gand)

Vic­to­ria Thea­ter a invi­té ces sept per­son­na­li­tés phares de la danse contem­po­raine à mon­ter un numé­ro de strip-tease, non pas avec leurs dan­seurs ou acteurs atti­trés, mais avec des strip-teaseurs(euses) professionnel(le)s. Deux uni­vers se rejoignent ain­si dans un face-à-face pas­sion­nant. Réel désir d’in­ter­ro­ger une nudi­té omni-pré­sente ou simple coup média­tique ? En deman­dant à ces per­son­na­li­tés de se pen­cher sur le phé­no­mène du strip-tease, Vic­to­ria sou­hai­tait offrir une dimen­sion réso­lu­ment artis­tique à ce genre de danse et en mon­trer tout le poten­tiel esthé­tique. Le défi pro­po­sé consis­tait donc bien à pla­cer sous un éclai­rage nou­veau la danse éro­tique, le jeu de la séduc­tion, la beau­té du nu et du corps pro­vo­ca­teur, loin des cli­chés usuels sur le sujet. Il en découle un spec­tacle fas­ci­nant où s’en­chaînent sept numé­ros d’une quin­zaine de minutes cha­cun (sou­te­nus par une musique com­po­sée par Ad Comi­not­to et inter­pré­tée live), d’une sen­sua­li­té et d’une beau­té sou­vent à cou­per le souffle.

© Phile Deprez