Gólgota picnic

Écriture et mise en scène : Rodrigo Garcia
Interprétation : Gonzalo Cunill, Juan Loriente, Juan Navarro, Núria Lloansi Rotllan, Jean-Benoît Ugeux
Musique: « Les sept dernières paroles du Christ en croix » de Joseph Haydn
Piano: Marino Formenti
Création: Janvier 2010
Coproduction: Cdn de Madrid, Festival d’Automne (Paris) et théâtre de Garonne (Toulouse)

En France, l’institut catholique CIVITAS a d’ores et déjà prévu de se mobiliser contre ce «spectacle blasphématoire», à compter de la rentrée de septembre. Une mobilisation qui n’a d’autre but que d’obtenir «la déprogrammation de ce blasphème». Cependant, à l’instar de ceux qui ont détruit le Piss Christ, on peut s’attendre au pire quant aux méthodes qui seront utilisées. Des méthodes peut être «catholiques», mais en aucun cas «évangéliques»… Dans un communiqué publié le 15 juillet, Alain Escada, secrétaire général de l’Institut Civitas, déclare : «Sainte Jeanne d’Arc, dont nous fêterons en 2012 le six-centième anniversaire de la naissance, nous l’a enseigné : les hommes bataillent et Dieu donne la victoire. Catholiques de France, prenez dès à présent votre part de cette noble bataille qui s’annonce !». De mauvais relents qui proviennent tout droit du temps des croisades ! Si Jésus n’avait rien d’un terroriste, refusant même de se défendre à son propre procès… certains de ses disciples ne semblent pas avoir lu son Testament. Le nouveau, il s’entend ! Oui Golgota Picnic est une nullité… Oui, les chrétiens doivent se mobiliser… mais user des méthodes propres aux islamistes seraient un blasphème en lui-même. Avant d’agir, de grâce… osons-nous poser la question : que ferait Jésus à notre place ?

Actu-chretienne.net