Gólgota picnic

Écri­ture et mise en scène : Rodri­go Gar­cia
Inter­pré­ta­tion : Gon­za­lo Cunill, Juan Loriente, Juan Navar­ro, Núria Lloan­si Rotl­lan, Jean-Benoît Ugeux
Musique : “Les sept der­nières paroles du Christ en croix” de Joseph Haydn
Pia­no : Mari­no For­men­ti
Créa­tion : Jan­vier 2010
Copro­duc­tion : Cdn de Madrid, Fes­ti­val d’Au­tomne (Paris) et théâtre de Garonne (Tou­louse)

En France, l’institut catho­lique CIVITAS a d’ores et déjà pré­vu de se mobi­li­ser contre ce « spec­tacle blas­phé­ma­toire », à comp­ter de la ren­trée de sep­tembre. Une mobi­li­sa­tion qui n’a d’autre but que d’obtenir « la dépro­gram­ma­tion de ce blas­phème ». Cepen­dant, à l’instar de ceux qui ont détruit le Piss Christ, on peut s’attendre au pire quant aux méthodes qui seront uti­li­sées. Des méthodes peut être « catho­liques », mais en aucun cas « évan­gé­liques»… Dans un com­mu­ni­qué publié le 15 juillet, Alain Esca­da, secré­taire géné­ral de l’Institut Civi­tas, déclare : « Sainte Jeanne d’Arc, dont nous fête­rons en 2012 le six-cen­tième anni­ver­saire de la nais­sance, nous l’a ensei­gné : les hommes bataillent et Dieu donne la vic­toire. Catho­liques de France, pre­nez dès à pré­sent votre part de cette noble bataille qui s’annonce !». De mau­vais relents qui pro­viennent tout droit du temps des croi­sades ! Si Jésus n’avait rien d’un ter­ro­riste, refu­sant même de se défendre à son propre pro­cès… cer­tains de ses dis­ciples ne semblent pas avoir lu son Tes­ta­ment. Le nou­veau, il s’entend ! Oui Gol­go­ta Pic­nic est une nul­li­té… Oui, les chré­tiens doivent se mobi­li­ser… mais user des méthodes propres aux isla­mistes seraient un blas­phème en lui-même. Avant d’agir, de grâce… osons-nous poser la ques­tion : que ferait Jésus à notre place ?

Actu-chretienne.net