Gaspard

Texte : Peter Handke. Publié aux édi­tions de l’Arche, tra­duc­tion de Thier­ry Gar­rel et Vania Vilers
Adap­ta­tion, mise en scène & inter­pré­ta­tion : Jean-Benoît Ugeux
Créa­tion sonore : Daniel Voi­sin, Jean-Benoît Ugeux
Ingé­nieur son et spa­tia­li­sa­teur : Brice Can­na­vo
Voix-off : Steve Bot­ta­cin, Chris­tian Cra­hay, Anne-Marie Loop, Marie Lecomte, Jean-Michel Van­de­nee­den.
Créa­tion : mars 2009 au théâtre Varia.
Pro­duc­tion : Apop­tose avec l’aide d’Ha­lo­laune pro­duc­tion, du théâtre Varia et de la com­mu­nau­té Fran­çaise de Bel­gique, ser­vice d’aide à la créa­tion radio­pho­nique.

Le spec­tacle tiré du texte de Handke s’at­tache à appro­cher l’a­gi­ta­tion céré­brale, intel­lec­tuelle, idéo­lo­gique et humaine qui s’empare de l’es­prit de Gas­pard en pleine décou­verte du lan­gage et de la facul­té de ver­ba­li­ser sa pen­sée.
Ce au moyen d’un comé­dien jouant Gas­pard, de voix-off pré­en­re­gis­trées et tra­vaillées à des­sein, d’un musi­cien éléc­troa­cous­tique tra­vaillant en temps réel au vu du public et d’un ingé­nieur son qui spa­tia­lise la boite crâ­nienne de Gas­pard sur huit hauts-par­leurs dis­po­sés tout autour du public.
Ce qui défi­nit le son comme un élé­ment à part entière, un acteur, un lieu, une morale, une angoisse…
C’est là l’essence même du tra­vail et tout son enjeu.